Posts Tagged ‘vélo’

Il y a un an… Une journée mémorable

vendredi, juillet 30th, 2010

« On est pauvre mais notre richesse, elle est là » m’a-t-il dit en me montrant la Lagune. Toute la richesse de la nature. Ce pourrait être la morale d’un conte, d’une légende. Mieux que cela, c’est une histoire vraie que je vais vous conter.

Je me baladais à la sortie du marché. C’était la première fois que je venais à Masaya. Je ne cherchais rien de spécial alors je me suis promenée tout d’abord dans le marché puis dans les quartiers périphériques. Je marchais sans but, observant les maisons et les habitants devant lesquels je passais. Des sourires échangés sur le passage. Une belle journée. Se baladant en vélo, José Angel s’est approché et l’on a commencé à discuter tout en avançant, moi à pied, lui en vélo. Il me proposa de m’emmener au parc central sur son vélo. J’hésitai une demi-seconde avant d’accepter. Ma mère m’a bercée aux proverbes et aux citations : « Ne fais pas confiance aux puissants et aux riches mais au premier venu sur le regard ». José Angel m’a par la suite proposé de me faire visiter la ville et de fil en aiguille, il m’a amené jusqu’à la Laguna de Apoyo, une lagune unique et merveilleuse située à quelques kilomètres de là. A l’écart  du belvédère touristique, nous étions au milieu de la nature pour observer le paysage. Je le questionnais, il me raconta son histoire, son travail, ses balades et son goût de présenter les merveilles de la ville aux touristes. « Certains font cela pour recevoir quelque chose… je n’attends rien… je rencontre des gens. Le plus souvent les gens refusent. Ils ont peur. Mon jean est déchiré et mon t-shirt troué ». Je ne m’avais même pas remarqué. José travaille avec ses frères et sœurs dans la maison que leurs parents leurs ont laissés en partant. Ils fabriquent des jouets en bois qu’ils vendent dans la rue au Honduras, au Salvador et plus rarement au Nicaragua. Cela ne rapporte pas grand chose. C’est tout juste suffisant pour survivre. Sa liberté, c’est son vélo qui lui permet de s’enfuir, de se balader. « Nous sommes pauvres mais notre richesse, elle est  là » m’a-t-il dit en me montrant la Lagune.

Merci José.