Posts Tagged ‘nicaraguayens’

Festival de Photo-reportage BarrObjectif

vendredi, septembre 24th, 2010

Le festival de photo-reportage BarrObjectif se déroule actuellement dans le petit village de Barro, en plein coeur de la Charente. Une quarantaine d’expositions de tous pays sont présentées dans un cadre enchanteur le temps d’une semaine.

Le vernissage de dimanche dernier s’est très bien passé sous un magnifique soleil. Je suis très contente (et fière, il faut l’admettre) de présenter mon exposition « Portraits de Nicaraguayens » dans le lieu même où j’ai découvert mes premières expositions de photographies à l’âge de 17 ans.

Merci à l’association La Coulée Douce pour son accueil, merci à tous les visiteurs de cette 11ème édition du festival et merci à vous pour votre soutien !

Il y a un an… l’anniversaire de la Révolution

mercredi, juillet 21st, 2010

La Consigna, l’un des hymnes de la révolution Nicaraguayenne de 1979, de Carlos Mejia Godoy

Ce chant, répété par des milliers de personnes, dans une atmosphère d’allégresse, sous un soleil de plomb. Du rouge et du noir sur les drapeaux, sur les vêtements, sur les visages. Une scène, des discours, mais surtout, les retrouvailles d’un peuple qui fête la victoire, sa victoire. Jamais je n’avais ressenti avec un telle force : la joie d’une foule, transmise à quiconque s’en approche. Le bonheur commun d’être ensemble et d’avoir gagné.

19 juillet 2009. Le trentième anniversaire de la Révolution Sandiniste. Le trentième anniversaire de la mise en place de la république démocratique. Le trentième anniversaire de la fuite de Somoza, le dictateur.

30 ans de la révolution. Marque sur le visage.

30 ans de la révolution. Marque sur le visage.

30 ans de la révolution. Drapeau du FSLN.

30 ans de la révolution. Drapeau du FSLN.

30 ans de la révolution. Marque sur le visage.

30 ans de la révolution. Bracelet FSLN.

30 ans de la révolution. Marque sur le visage.

30 ans de la révolution. En l’air

30 ans de la révolution. Marque sur le visage.

30 ans de la révolution. La tribune.

30 ans de la révolution. Marque sur le visage.

30 ans de la révolution. L’enfant aux drapeaux.

Au-delà de la fête, beaucoup d’autres choses se jouaient derrière cette fête de la révolution. La masse de la foule représentait le soutien de la population au président actuel, l’un des anciens leaders de la révolution de 1979, Daniel Ortega. Un soutien qui ne va pas de soi. Après quinze ans de gouvernement libéral, le parti Sandiniste a de nouveau gagné les élections en 2006, grâce à des manigances politiques et à une alliance avec les chrétiens. Une concession majeure fut l’interdiction totale de l’avortement, même thérapeutique. Depuis, une partie de la population trouve que les mesures du président sont de trop faible ampleur et ne sont plus en adéquation totale avec les idéaux originaux du FSLN (Front Sandiniste de Libération Nationale – Parti Sandiniste). Il y avait du monde sur la Place de la Révolution le 19 juillet, mais pas autant que les années précédentes.

Malgré les campagnes de publicité, les discours à répétition dans tout le pays, Daniel Ortega perd peu à peu l’estime des nicaraguayens. Mais si Daniel Ortega n’est pas apprécié par tous, la révolution ne l’est pas non plus complètement. Les partisans de l’ancien dictateur et les libéraux sont nombreux. Ce n’est pas sans raison qu’ils ont gagné les élections de 1990 à 2002. Ce n’est pas un hasard s’il a été si difficile au Parti Sandiniste de reprendre le pouvoir. Pourtant, en discutant dans la rue avec les personnes que j’ai croisé, il est rare de les rencontrer, ces personnes qui s’avouent ouvertement libérales. Elles sont là, présentes mais elles se taisent. Les représailles ne seraient pas violentes mais tout le monde sait que les avantages que le gouvernement offre aux plus pauvres reviennent essentiellement, si ce n’est seulement, aux partisans du FSLN. Un bon élève issu d’une famille ouvertement Sandiniste aura plus de chance de décrocher une bourse d’étude qu’un très bon élève issu d’une famille non engagé officiellement politiquement. Le favoritisme politique et la corruption des membres politique de haut niveau ne sont pas un secret. Il ne s’agit pas d’une spécificité Sandiniste. Les gouvernements libéraux travaillaient de la même manière. Pour exemple les pots de vin monstrueux et les détournements de fonds internationaux des ONG censés venir en aide aux familles touchées par l’ouragan Mitch qui avait fait plus de 10 000 morts et sinistré des dizaines de milliers de personnes en 1998.

Il pourrait être intéressant de donner des chiffres pour étayer cet article, mais entre non-dit, manigances et corruption, il est difficile d’avoir confiance en les instituts de sondages. Ce qui est sûr, c’est que la population est partagée et que le FSLN est sur la défensive. L’importance des rumeurs de manipulation de la part du FSLN lors des élections municipales de 2008 en est la preuve. Mythe ou réalité, je ne me prononcerai pas, je n’en suis pas capable. Mais l’Union Européenne et les USA ont tranché en supprimant leur aide au Nicaragua. Daniel Ortega fait mine de s’en moquer mais la hausse des aides du Venezuela d’Hugo Chavez ne compensera pas les pertes. Le grand perdant dans cette histoire est, encore et toujours, le peuple.

Ajout : Souvenir de la révolution par les affiches : lien BBC News http://www.bbc.co.uk/news/world-latin-america-10689502

Exposition à la Maison des Peuples et de la Paix à Angoulême

vendredi, avril 30th, 2010

La Maison des Peuples et de la Paix d’Angoulême m’a proposé de présenter l’exposition « Portraits de Nicaraguayens » dans leur locaux pendant la Quinzaine du Commerce Equitable qui débute le 8 mai. Je n’allais pas refuser !

Mon exposition, la même que celle présentée au centre commercial Plein Sud en janvier, débute donc la semaine prochaine avec un vernissage vendredi 7 mau en soirée d’ouverture de la Quinzaine du Commerce Équitable à Angoulême ! Suite au vernissage, Kanjero (reggae) se produira en concert.

La soirée débute à 19h et le lendemain est férié, profitez-en 😉 !

Invitation officielle à télécharger

Photographies du vernissage :

TDM2

TDM3

Toit du monde