Archive for the ‘Suites du projet’ Category

Quelques images présentées dans le cadre du Festival « Bienvenue à Moulins »

mercredi, juin 16th, 2010

Dans le cadre du festival « Bienvenue à Moulins », l’association Bohu-Tohu présente l’exposition « Mon Voisin est un Artiste », une exposition de quelques toiles et oeuvres d’artistes variés habitant les quartiers de Wazemmes et Moulins à Lille. Dans ce cadre j’expose quelques photographies de l’exposition « Portraits de Nicaraguayens ».

Le but de l’exposition est de découvrir les oeuvres et la diversité artistique du quartier dans un cadre sympathique, avec des ateliers de création organisé par l’association et deux journées clés les 26 et 27 juin avec expositions, ateliers et spectacles en tous genres.

Le vernissage de l’exposition aura lieu le vendredi 18 juin à partir de 18h30.

Pour plus d’informations sur le programme du festival et sur l’exposition : http://bam-lille.fr/

Nicaraguito, une animation intergénérationnelle au Club du Bon Temps de Villeneuve d’Ascq

dimanche, mai 9th, 2010

 

J’ai participé à une journée organisée par Elodie Derudder avec l’association Touscan au cours de laquelle j’ai présenté l’exposition « Jeunes Nicaraguayens ».

Voici le compte rendu de la journée, publié sur le site de Touscan et vous pouvez regardez le compte rendu publié sur Camaléo :

JPG - 62.7 koDans le cadre de ses études (BTS animation et gestions touristiques locales), Elodie Derudder a organisé un évènement culturel et solidaire au profit du Nicaragua. Le public choisi a été le « Club du Bon Temps » de Villeneuve d’Ascq et la forme « une journée à thème sur et au profit du Nicaragua ». L’initiative, intergénérationnelle, a impliqué des responsables de TouSCAN, des responsables du Club de retraités, les retraités eux-mêmes et de jeunes étudiantes, amies d’Elodie.
Pour commencer, l’exposition photographique d’Hélène legay a permis au public de prendre connaissance de l’existence de ce pays d’Amérique Centrale, de ses réalités géographiques, environnementales, culturelles, économiques et sociales.
Un stand d’artisanat et un petit repas autour du traditionnel « gallo pinto », plat à base de riz et de haricots rouges, ont complété par leur apport concret, une bonne vision de ce pays.

JPG - 37.7 ko

Mais le Nicaragua n’existerait pas sans musiques et danses. Aussi les jeunes étudiantes parées des costumes de fête ont-elles fait quelques pas de la danse typique du Nicaragua au son du marimba. Grâce à cette musique si entraînante, quelques adhérents du Club des Retraités les ont vite rejointes pour quelques improvisations, pas toujours très Nicaraguayennes, mais pleines d’allant et de gaîté.
La journée s’est soldée par un apport financier de 684 € (dont la vente d’artisanat, une tombola et 100 € de don de la part du club) et par l’envie et la promesse de renouveler cette animation l’an prochain.

 

 

Exposition « Jeunes Nicaraguayens »

mercredi, mai 5th, 2010

La première exposition que j’ai créée sur le Nicaragua est l’exposition « Jeunes Nicaraguayens ». Elle est composée de 15 portraits de jeunes ou de lieux dédiés aux jeunes du Nicaragua afin de présenter les différents aspects de la vie des moins de 30 ans. De la même manière que dans l’exposition « Portraits de Nicaraguayens », j’ai tenté de représenter des jeunes de différentes origines sociales et culturelles en les présentant de la naissance à l’âge adulte.

Cette exposition a été créée pour une exposition itinérante dans les lieux CROUS du Nord-Pas-de-Calais. Elle a été présentée à Villeneuve d’Ascq et Valenciennes. Aujourd’hui, l’exposition commence à la bibliothèque de Béthune pour un mois terminera l’année scolaire à l’Antre 2, l’espace culturel de l’Université de Lille 2.

Pour tous ceux, nombreux, qui n’ont pas eu l’occasion de l’observer, je vous joint un petit catalogue de l’exposition que vous pouvez télécharger. Une manière de découvrir l’esprit de mes portraits de Jeunes ainsi que de mes portraits de Nicaraguayens. N’hésitez pas à laisser des commentaires pour me dire ce que vous en pensez et à passer l’information à ceux que vous connaissez et qui pourraient apprécier !

Merci beaucoup de suivre cette aventure et à très bientôt

Catalogue « Jeunes Nicaraguayens » à consulter

Découvrez également l’intégralité de l’exposition sur mon site de photographie Lumière d’Images

Exposition Jeunes Nicaraguayens

Présentation de l’exposition

J’ai rencontré finalement peu de jeunes au Nicaragua comparé au nombre de personnes rencontrées au final… Je ne fréquentais pas les même lieux, ni n’avais les même horaires. Mais je souhaitais réaliser un travail sur le jeunes car c’est une période importante de la vie, qui explique de nombreuses choses. Ce qui m’a particulièrement marqué, c’est que la culture ancestrale, on en parle peu, adulte, mais on l’apprend aux jeunes : les contes, les chansons… Quand on veux les connaître, ils vous les feront partager avec joie, les adultes, eux, vivent dans un autre monde.

Ce qui m’a marqué également sont les similitudes des occupations des jeunes d’ici et de là-bas. Même centres d’intérêts, même sorties, même motivations. Plus encore à travers les jeunes, je me suis rendue compte que les conditions sont différentes mais les hommes restent les même. Une fois le quotidien devenu habitude, ce qui occupe la tête que ce soit en France ou au Nicaragua est du même ordre : famille, amis, travail, loisirs…

Des êtres humains qui se ressemblent plus qu’ils ne le pensent. A travers ces photographies, je ne cherche pas à démontrer quoi que ce soit, juste à présenter la vie simplement, comme je les ai vu et qu’on me les a présentées. Des photographies pour voir, ressentir, des textes pour comprendre.

Exposition à la Maison des Peuples et de la Paix à Angoulême

vendredi, avril 30th, 2010

La Maison des Peuples et de la Paix d’Angoulême m’a proposé de présenter l’exposition « Portraits de Nicaraguayens » dans leur locaux pendant la Quinzaine du Commerce Equitable qui débute le 8 mai. Je n’allais pas refuser !

Mon exposition, la même que celle présentée au centre commercial Plein Sud en janvier, débute donc la semaine prochaine avec un vernissage vendredi 7 mau en soirée d’ouverture de la Quinzaine du Commerce Équitable à Angoulême ! Suite au vernissage, Kanjero (reggae) se produira en concert.

La soirée débute à 19h et le lendemain est férié, profitez-en 😉 !

Invitation officielle à télécharger

Photographies du vernissage :

TDM2

TDM3

Toit du monde

Article de la Nouvelle République sur l’exposition au Toit du Monde (28 avril 2010)

mercredi, avril 28th, 2010

L’exposition au Toit du Monde à Poitiers

mardi, avril 13th, 2010

L’exposition « Portraits de Nicaraguayens » au Toit du Monde à Poitiers a ouvert hier. Elle sera présente jusqu’au 30 avril.

Le vernissage aura lieu le 22 avril à partir de 19h. Faites passer l’info autour de vous !

Exposition « Portraits de Nicaraguayens »,
présentée au Toit du Monde,
31 rue des Trois-Rois à Poitiers
du 12 au 30 avril.
Vernissage le 22 avril à partir de 19h.

Photographies du vernissage et de l’exposition:

TDM2

TDM3

Toit du monde

Portfolio « La Santo Domingo »

vendredi, avril 9th, 2010

Découvrez l’intégralité de l’exposition sur mon site de photographie Lumière d’Images

La Santo Domingo

Présentation de l’exposition

La Santo Domingo, fête du Saint Patron de Managua

Fête catholique traditionnelle aux accents indigènes, la Santo Domingo rassemble les habitants de la ville autour d’un culte commun. L’occasion de faire la fête pour la majorité, une bonne journée de vente pour d’autres et un défi à relever pour les forces de l’ordre.

Les festivités se déroulent en deux temps : la « descente du Saint » le 1er août, une procession qui amène le Saint, une petite statuette d’une quinzaine de centimètres recouverte de fleurs et posée sur une chaise à porteur, de l’église où il réside pendant l’année à l’ancienne Cathédrale de Managua et la « remontée du Saint » le 10 août où il effectue le trajet inverse. Les deux jours sont fériés pour les Managuayens afin de pouvoir participer à cet événement rassembleur. Lors de la cérémonie, le Saint et ses porteurs s’arrêtent régulièrement pour danser pendant que la foule se presse autour d’eux. Le spectacle est difficile à percevoir. Les pères portent leurs enfants à bout de bras, certains galopins montent sur les toit et tous les espaces surélevés sont pris d’assaut.
Pour remercier Santo Domingo de ses actions au cours de l’année, de nombreuses personnes, essentiellement des hommes, se peignent le corps de noir ou de marron et dansent avec leurs bâton. Des femmes et fillettes en robes traditionnelles tournoient avec des mouvements amples.

Après le passage du cortège, la fête est à l’honneur. Quelques travestis profitent de la Santo Domingo pour s’exhiber. Le rhum et la bière, les alcools locaux, coulent à flot. Les ventes de sucreries en tout genre explosent : buñuelos (petits gâteaux nicaraguayens), pommes d’amour et autres chewing-gum. Quelques heures plus tard, les femmes et les enfants ne s’attardent pas, laissant la rue continuer de festoyer. Il faudra plusieurs jours pour que les restes du passage de Santo Domingo s’effacent des rues.

Ancienne célébration du dieu du Maíz transformée par les prêtres colonisateurs en Santo Domingo, ces deux jours forment un savant mélange de catholicisme, fêtes ibériques et tradition indigène.

 

Candidature au concours Paris-Match du photo-reportage étudiant

lundi, mars 15th, 2010

Paris Match organise depuis quelques années ce concours de photo-reportage. Un ami m’a en parlé lors de mon retour du Nicaragua et j’ai participé.

Le reportage doit être composé de 10 photos environ et d’un article d’au minimum 1500 signes. Trente finalistes seront présentés à partir du 4 mai pour concours aux différents prix proposés dont le Prix du Public.

Mon dossier présente « Les fêtes de la Santo Domingo à Managua ». Il s’agit du portfolio « La Santo Domingo » que vous pouvez consulter sur mon site internet de photographies.

Peint de noir, un homme danse pour remercier le Santo Domingo de son action au cours de lannée.

La Santo Domingo, fête du Saint Patron de Managua

Fête catholique traditionnelle aux accents indigènes, la Santo Domingo rassemble les habitants de la ville autour d’un culte commun. L’occasion de faire la fête pour la majorité, une bonne journée de vente pour d’autres et un défi à relever pour les forces de l’ordre.

Les festivités se déroulent en deux temps : la « descente du Saint » le 1er août, une procession qui amène le Saint, une petite statuette d’une quinzaine de centimètres recouverte de fleurs et posée sur une chaise à porteur, de l’église où il réside pendant l’année à l’ancienne Cathédrale de Managua et la « remontée du Saint » le 10 août où il effectue le trajet inverse. Les deux jours sont fériés pour les Managuayens afin de pouvoir participer à cet événement rassembleur. Lors de la cérémonie, le Saint et ses porteurs s’arrêtent régulièrement pour danser pendant que la foule se presse autour d’eux. Le spectacle est difficile à percevoir. Les pères portent leurs enfants à bout de bras, certains galopins montent sur les toits et tous les espaces surélevés sont pris d’assaut.

Pour remercier Santo Domingo de ses actions au cours de l’année, de nombreuses personnes, essentiellement des hommes, se peignent le corps de noir ou de marron et dansent avec leurs bâton. Des femmes et fillettes en robes traditionnelles tournoient avec des mouvements amples.

Après le passage du cortège, la fête est à l’honneur. Quelques travestis profitent de la Santo Domingo pour s’exhiber. Le rhum et la bière, les alcools locaux, coulent à flot. Les ventes de sucreries en tout genre explosent : buñuelos (petits gâteaux nicaraguayens), pommes d’amour et autres chewing-gums. Quelques heures plus tard, les femmes et les enfants ne s’attardent pas, laissant la rue continuer de festoyer. Il faudra plusieurs jours pour que les restes du passage de Santo Domingo s’effacent des rues.

Ancienne célébration du dieu du Maïs transformée par les prêtres colonisateurs en Santo Domingo, ces deux jours forment un savant mélange de catholicisme, fêtes ibériques et tradition indigène.

Exposition à l’Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis

lundi, mars 15th, 2010

Depuis le 9 mars et jusqu’à la fin du mois, la Bibliothèque Universitaire de Valenciennes accueillera ensemble les expositions  « Portraits de Nicaraguayens » et « Jeunes Nicaraguayens ».

J’avais contacté le centre culturel de l’université de Valenciennes afin de proposer l’exposition « Jeunes Nicaraguayens », exposition itinérante dans les universités du Nord-Pas-de-Calais. L’espace que l’Université m’a proposé était tellement vaste que j’en ai profité pour présenter ensemble les expositions « Jeunes Nicaraguayens » et « Portraits de Nicaraguayens ». A cette occasion, l’Université m’a commandé des catalogues de présentation de l’exposition que vous pourrez consulter désormais sur les lieux d’exposition des prochaines manifestations, notamment au Toit du Monde à Poitiers du 6 au 30 avril et à la Maison des Peuples et de la Paix à Angoulême du 7 au 22 mai ou que vous pouvez commander.

Bilan de l’exposition à la Galerie Gilbert Sailly

lundi, mars 15th, 2010

Entre 60 et 70 personnes sont venues à l’exposition « Portraits de Nicaraguayens » qui a eu lieu à la Ferme Dupire à Villeneuve d’Ascq. J’ai eu l’occasion de discuter avec la grande majorité d’entre eux et il est très intéressant d’avoir les opinons des uns et des autres sur les photos. J’ai particulièrement apprécié de pouvoir observer le regard et l’expression de mes visiteurs et leurs réactions. C’est très instructif.

Il était également intéressant de voir le biais par lequel les personnes qui sont venues ont connu mon exposition. C’est fou le nombre de réseau de peut recouper une exposition de photographies sur le Nicaragua. En tout cas, je tiens à vous remercier tous d’être venus.

Pour ceux qui souhaiterai voir l’exposition mais qui n’ont pas eu l’occasion de venir, vous pouvez venir à Valenciennes à la bibliothèque universitaire mais comme j’imagine que le trajet reste conséquent, sachez que l’exposition repassera normalement à Lille en novembre prochain à l’occasion de la semaine de la Solidarité Internationale. Vous en serez plus en regardant ce site un peu plus tard.

Photographies de l’exposition :