Archive for the ‘Les rendus’ Category

Exposition « Portraits de Nicaraguayens »

mardi, avril 9th, 2013

Découvrez l’intégralité de l’exposition sur mon site de photographie Lumière d’Images

Candida

Présentation de l’exposition

Un artisan-potier qui travaille dur pour l’avenir de sa famille. Des milliers de personnes qui se regroupent pour faire pression sur le gouvernement. Un peinture murale qui décrit la vie de la campagne.

Des portraits d’hommes et de femmes, des lieux, des évènements qui cherchent à retranscrire la vie dans un pays. Des individualités riches de vie et d’expériences, positives ou non, comme c’est le cas de chacun des habitants de cette planète.

Le Nicaragua est un pays dit “pauvre”. Pour la première fois de ma vie, j’ai été confronté à la réalité et rien ne ressemblait à ce que l’on avait pu me décrire depuis l’enfance. Passé l’accoutumance aux nouveautés liés au climat et aux infrastructures, la vie semble plus facile, plus claire, plus gaie. Chacun des actes quotidiens semble plus simple. La méfiance est rare, l’ouverture aux autres omniprésente. Le sourire des habitants marque tous les occidentaux de passage.

Comme partout dans le monde, les jeunes Nicaraguayens ont des rêves. Comme partout dans le monde, des hommes et des femmes ont des projets et se mobilisent pour améliorer le lendemain de leurs enfants. Comme partout dans le monde, les Nicaraguayens ont une culture qui leur est propre, qui les renforce, qui les inscrit dans leur histoire. Un combat de tous les jours, mené par des millions de personnes, non pas pour sortir de la misère mais pour améliorer les conditions de vie. La signification pratique est la même mais le poids des mots change tout, profondément.

Je vous présente aujourd’hui un portrait du Nicaragua. On pourrait dresser le même de tous les pays du monde, de la Somalie à la France, chacun avec ses caractéristique propres. Cela permettrait que l’on change de regard sur les pays du Sud qui sont, peut-être, plus pauvres économiquement que la France mais qui ne sont pas, et c’est important, des pays pauvres.

Exposition « Jeunes Nicaraguayens »

mercredi, mai 5th, 2010

La première exposition que j’ai créée sur le Nicaragua est l’exposition « Jeunes Nicaraguayens ». Elle est composée de 15 portraits de jeunes ou de lieux dédiés aux jeunes du Nicaragua afin de présenter les différents aspects de la vie des moins de 30 ans. De la même manière que dans l’exposition « Portraits de Nicaraguayens », j’ai tenté de représenter des jeunes de différentes origines sociales et culturelles en les présentant de la naissance à l’âge adulte.

Cette exposition a été créée pour une exposition itinérante dans les lieux CROUS du Nord-Pas-de-Calais. Elle a été présentée à Villeneuve d’Ascq et Valenciennes. Aujourd’hui, l’exposition commence à la bibliothèque de Béthune pour un mois terminera l’année scolaire à l’Antre 2, l’espace culturel de l’Université de Lille 2.

Pour tous ceux, nombreux, qui n’ont pas eu l’occasion de l’observer, je vous joint un petit catalogue de l’exposition que vous pouvez télécharger. Une manière de découvrir l’esprit de mes portraits de Jeunes ainsi que de mes portraits de Nicaraguayens. N’hésitez pas à laisser des commentaires pour me dire ce que vous en pensez et à passer l’information à ceux que vous connaissez et qui pourraient apprécier !

Merci beaucoup de suivre cette aventure et à très bientôt

Catalogue « Jeunes Nicaraguayens » à consulter

Découvrez également l’intégralité de l’exposition sur mon site de photographie Lumière d’Images

Exposition Jeunes Nicaraguayens

Présentation de l’exposition

J’ai rencontré finalement peu de jeunes au Nicaragua comparé au nombre de personnes rencontrées au final… Je ne fréquentais pas les même lieux, ni n’avais les même horaires. Mais je souhaitais réaliser un travail sur le jeunes car c’est une période importante de la vie, qui explique de nombreuses choses. Ce qui m’a particulièrement marqué, c’est que la culture ancestrale, on en parle peu, adulte, mais on l’apprend aux jeunes : les contes, les chansons… Quand on veux les connaître, ils vous les feront partager avec joie, les adultes, eux, vivent dans un autre monde.

Ce qui m’a marqué également sont les similitudes des occupations des jeunes d’ici et de là-bas. Même centres d’intérêts, même sorties, même motivations. Plus encore à travers les jeunes, je me suis rendue compte que les conditions sont différentes mais les hommes restent les même. Une fois le quotidien devenu habitude, ce qui occupe la tête que ce soit en France ou au Nicaragua est du même ordre : famille, amis, travail, loisirs…

Des êtres humains qui se ressemblent plus qu’ils ne le pensent. A travers ces photographies, je ne cherche pas à démontrer quoi que ce soit, juste à présenter la vie simplement, comme je les ai vu et qu’on me les a présentées. Des photographies pour voir, ressentir, des textes pour comprendre.

Portfolio « La Santo Domingo »

vendredi, avril 9th, 2010

Découvrez l’intégralité de l’exposition sur mon site de photographie Lumière d’Images

La Santo Domingo

Présentation de l’exposition

La Santo Domingo, fête du Saint Patron de Managua

Fête catholique traditionnelle aux accents indigènes, la Santo Domingo rassemble les habitants de la ville autour d’un culte commun. L’occasion de faire la fête pour la majorité, une bonne journée de vente pour d’autres et un défi à relever pour les forces de l’ordre.

Les festivités se déroulent en deux temps : la « descente du Saint » le 1er août, une procession qui amène le Saint, une petite statuette d’une quinzaine de centimètres recouverte de fleurs et posée sur une chaise à porteur, de l’église où il réside pendant l’année à l’ancienne Cathédrale de Managua et la « remontée du Saint » le 10 août où il effectue le trajet inverse. Les deux jours sont fériés pour les Managuayens afin de pouvoir participer à cet événement rassembleur. Lors de la cérémonie, le Saint et ses porteurs s’arrêtent régulièrement pour danser pendant que la foule se presse autour d’eux. Le spectacle est difficile à percevoir. Les pères portent leurs enfants à bout de bras, certains galopins montent sur les toit et tous les espaces surélevés sont pris d’assaut.
Pour remercier Santo Domingo de ses actions au cours de l’année, de nombreuses personnes, essentiellement des hommes, se peignent le corps de noir ou de marron et dansent avec leurs bâton. Des femmes et fillettes en robes traditionnelles tournoient avec des mouvements amples.

Après le passage du cortège, la fête est à l’honneur. Quelques travestis profitent de la Santo Domingo pour s’exhiber. Le rhum et la bière, les alcools locaux, coulent à flot. Les ventes de sucreries en tout genre explosent : buñuelos (petits gâteaux nicaraguayens), pommes d’amour et autres chewing-gum. Quelques heures plus tard, les femmes et les enfants ne s’attardent pas, laissant la rue continuer de festoyer. Il faudra plusieurs jours pour que les restes du passage de Santo Domingo s’effacent des rues.

Ancienne célébration du dieu du Maíz transformée par les prêtres colonisateurs en Santo Domingo, ces deux jours forment un savant mélange de catholicisme, fêtes ibériques et tradition indigène.

 

Exposition « El Cacao, une communauté dans la montagne »

jeudi, février 11th, 2010

Découvrez l’intégralité de l’exposition sur mon site de photographie Lumière d’Images

Candida

Présentation de l’exposition

Une nature verdoyante, une vie au rythme du soleil, la fierté du travail de la terre et la volonté d’aller de l’avant et d’améliorer son quotidien.
El Cacao est un village niché au cœur de la montagne, à deux heures à pied de la ville la plus proche. L’accès se fait par des chemins de terre étroits et régulièrement coupés par de petits ruisseaux. A l’arrivée, les paysages sont magnifiques.

Imaginez vous réveiller, tous les matins, face aux paysages luxuriants, accompagné par les oiseaux et les bêtes de somme. Les poules, oies et dindons courent en liberté.

On ressent toute la fierté des paysans et leurs amours de la terre lorsqu’ils nous font visiter leur ferme. Ils nous racontent les multiples projets en cours dans la communauté, le nouvel aménagement des terres, le développement de la culture des légumes, les nouvelles plantations de café et la construction du futur centre de tourisme communautaire. Pour rien au monde, ils ne partiraient vivre à la ville. Pourquoi travailler dans une usine quand il suffit de tendre le bras pour cueillir des mangues ou d’autres fruits exotiques.

L’école est assurée pour la trentaine d’enfants des trois villages alentours. Le rapport de l’avancée des travaux dans la ferme est signé par l’ainé de la famille, d’environ 8 ans qui a appris à écrire.

Régulièrement, les voisins se réunissent pour prendre les décisions de la communauté en commun. Les femmes participent activement si elles le souhaitent. Elles apprennent à fabriquer des paniers en aiguilles de pin, ramassées dans la forêt, que l’on vend par la suite à la ville.

Ouverts aux nouveautés et aux nouveaux arrivants, les habitants vivent ensemble, entourés de la paix apportée par la présence de la Nature…

Le catalogue de l’exposition !

vendredi, janvier 22nd, 2010

Préparé pour le vernissage de l’exposition « Portraits de Nicaraguayens » au centre commercial Plein Sud de Ma Campagne à Angoulême, un catalogue des photographies de l’exposition et désormais en vente.

Trente deux de photographies en couleur, accompagnées de leurs textes pour la somme de 12€.

Couverture du catalogue

Couverture du catalogue

Pour le commander, contactez-moi par mail ou envoyez un chèque, de 12€ + 2,22€ de frais d’envoi, à l’ordre d’Hélène Legay, au 16 rue Carpeaux, 59000 Lille