Archive for the ‘Suites du projet’ Category

L’intégralité de la revue de presse du « Projet Nicaragüenses »

mardi, avril 9th, 2013

Téléchargez l’intégralité de la revue de presse du « Projet Nicaragüenses » (3 mo)

 

Sommaire

Travelnicaragua.wordpress.com, le 5 octobre 2009, une française au Nicaragua

Tous’Canard, janvier 2010, Projet « Nicaragüenses » Juillet à novembre 2009

Projaide,le 5 janvier 2011, Portraits de jeunes Nicaraguayens par Hélène Legay

Travelnicaragua.wordpress.com,le 17 janvier 2010, Exposition « Portraits de Nicaraguayens »

Charente Libre, le 20 janvier 2010, Photo et Nicaragua, passions croisées

La Voix du Nord,le 9 février 2011, Au cœur de la montagne, la Communauté…

Touscan,le 12 février 2010, Expositions photographiques d’Hélène Legay

La Voix du Nord, le 22 février 2010, Exposition

Université de Valenciennes, le 25 février 2010, Exposition « Portraits de Nicaraguayens » de Hélène Legay

Top Annonces, mars 2010, Sous le signe du Cacao

La Voix du Nord,le 14 mars 2010, Les portraits de Nicaraguayens d’Hélène Legay à l’université

Travelnicaragua.wordpress.com, le 20 avril 2010, Si vous êtes à Poitiers…

Université d’Artois, le 21 avril 2011, Jeunes Nicaraguayens : exposition photographique

La Nouvelle République, le 28 avril 2010, Hélène Legay zoome sur le Nicaragua

La Quinzaine du Commerce Equitable, mai 2010, Lancement de la Quinzaine à Angoulême

Touscan, mai 2010, Hélène Legay, photographe de l’aventure

Touscan,le 4 mai 2010, Projet Nicaragüito

Charente Libre,le 10 mai 2010, L’autre vision du commerce

Nord Eclair, le 21 mai 2010, La sortie de la semaine

La Voix du Nord, le 22 mai 2010, Portraits de jeunes Nicaraguayens

BarrObjectif, le 13 juin 2010, « Portraits de Nicaraguayens »

Touscan, septembre 2010, Touscan et les jeunes

LilleMetropole.fr, septembre 2010, Regards d’artistes sur le Nicaragua

MiaouzDays.com, le 14 septembre 2010, Festival de Photo-reportage BarrObjectif

Annuaire Nord,le 16 septembre 2010, Exposition « Regards d’artistes sur le Nicaragua »

7lieux.com, le 18 septembre 2010, « Regards d’artistes sur le Nicaragua : prochaine exposition à la MRES de Lille

MRES,le 24 septembre 2011, Expo « Regards d’artistes sur le Nicaragua »

La Voix du Nord, le 30 septembre 2010, S’évader au Nicaragua

Association INTI, le 18 novembre 2010, lettre info automne 2010

Le P’tit Borain,décembre 2010, Images du mois

Exposition « Portraits de Nicaraguayens »

mardi, avril 9th, 2013

Découvrez l’intégralité de l’exposition sur mon site de photographie Lumière d’Images

Candida

Présentation de l’exposition

Un artisan-potier qui travaille dur pour l’avenir de sa famille. Des milliers de personnes qui se regroupent pour faire pression sur le gouvernement. Un peinture murale qui décrit la vie de la campagne.

Des portraits d’hommes et de femmes, des lieux, des évènements qui cherchent à retranscrire la vie dans un pays. Des individualités riches de vie et d’expériences, positives ou non, comme c’est le cas de chacun des habitants de cette planète.

Le Nicaragua est un pays dit “pauvre”. Pour la première fois de ma vie, j’ai été confronté à la réalité et rien ne ressemblait à ce que l’on avait pu me décrire depuis l’enfance. Passé l’accoutumance aux nouveautés liés au climat et aux infrastructures, la vie semble plus facile, plus claire, plus gaie. Chacun des actes quotidiens semble plus simple. La méfiance est rare, l’ouverture aux autres omniprésente. Le sourire des habitants marque tous les occidentaux de passage.

Comme partout dans le monde, les jeunes Nicaraguayens ont des rêves. Comme partout dans le monde, des hommes et des femmes ont des projets et se mobilisent pour améliorer le lendemain de leurs enfants. Comme partout dans le monde, les Nicaraguayens ont une culture qui leur est propre, qui les renforce, qui les inscrit dans leur histoire. Un combat de tous les jours, mené par des millions de personnes, non pas pour sortir de la misère mais pour améliorer les conditions de vie. La signification pratique est la même mais le poids des mots change tout, profondément.

Je vous présente aujourd’hui un portrait du Nicaragua. On pourrait dresser le même de tous les pays du monde, de la Somalie à la France, chacun avec ses caractéristique propres. Cela permettrait que l’on change de regard sur les pays du Sud qui sont, peut-être, plus pauvres économiquement que la France mais qui ne sont pas, et c’est important, des pays pauvres.

Lettre de remerciements

vendredi, décembre 31st, 2010

Le projet Nicaragüenses touche à son terme. Je tiens à vous remercier de votre intérêt et vous souhaite une très bonne années 2011 !

Chers tous,

Nous sommes le 31 décembre 2010.

Voilà plus de deux ans que le projet de reportage photo au Nicaragua est entré dans mon esprit. Que de chemin parcouru !

De l’idée initiale à la dernière exposition, il s’est passé près de deux ans. Deux ans d’ « interruption d’études » qui m’ont formé plus que toutes mes années d’études réunies.

Je voulais profiter de ce temps que je m’accordais pour pratiquer un métier qui me plaît, partir à l’étranger, réfléchir à mon avenir et me donner toutes les chances pour entrer dans mes futures études. Je crois avoir réussi.

Ces cinq mois de reportage au Nicaragua font partie des meilleurs moments de ma vie. Le bonheur existe et je l’ai ressenti à chaque seconde au cours des mois que j’ai passé là-bas. Je tiens à remercier chacune des personnes que j’ai rencontré, Candida, Antonio, Nestor, José Angel, Aurélila, Norma, Alvaro, Angel Gabriel, Raoul, Victoria, Auxiliadora, Sabrina, Guadaloupe, Maynor, José Dolorès, Ayro… et toutes celles qui je ne citerai pas ici mais que je n’oublie pas, elles le savent bien.

J’ai tellement apprécié le Nicaragua, que je me suis demandée à un moment si je ne voulais pas y rester… Mais j’avais des projets en tête. Je ne pouvais pas garder tout cela pour moi. J’avais besoin de le transmettre. C’est pour cela même que j’étais partie. Je savais que j’allais découvrir des choses extraordinaires (comment le savais-je au fond, je l’ignore), et je voulais le partager. A travers des photos. Et des textes. Ils ont été difficiles à écrire, ces textes. Je ne suis pas une écrivain, cela est sûr. Mais il étaient indispensables. Chaque texte apporte à l’image ce que l’on ne peut y trouver. Ils sont complémentaires. Vous l’avez bien ressenti.

Mettre en place ces expositions a été pour moi une autre expérience formidable. J’ai appris énormément. Aussi bien du point de vue pratique (après tout je veux faire de la communication et l’évènementiel en fait partie), mais aussi et surtout du point de vue humain. Certains d’entre vous l’auront remarqué, les vernissages, c’est pas ma tasse de thé. Je ne suis pas douée pour parler en public. Pourtant c’est le plus souvent à ces moments là que j’ai eu l’occasion de discuter avec le public, avec vous, et d’avoir vos impressions, vos avis, vos points de vue. C’est cela qui est intéressant, enrichissant. Savoir que ce travail sert à quelque chose, qu’il n’est pas inutile. Certes, je ne changerai pas le monde mais j’apporte mon grain de sable, ma vision des choses.

Aujourd’hui, ce projet est terminé. C’était le premier, ce ne sera pas le dernier. Quoi que je dise, quoi que je veuille, la photographie fait partie de ma vie, et je serai bien incapable de l’abandonner.

Pourtant, les mois et années qui viennent ne vont pas en être chargés. J’ai repris en septembre dernier des études en master de communication. J’en ai pour deux ans. Mon stage de fin d’année se déroulera à l’AFP à Paris à partir de mars 2011. Par la suite, je compte entrer au Celsa, si je réussis le concours d’entrée.

Et mes projets photos dans tout cela ? Comme je l’ai dit à certains d’entre vous, mon prochain projet se déroulera en France. Le même que le projet Nicaragüenses, ou presque. Des portraits d’hommes et de femmes vivants en France, des personnes rencontrées sur mon passage. Je ne sais pas quand je le commencerai mais je le ferai, cela est sûr. Je vous tiendrai au courant.

Je vais également terminer mon livre de photo sur le Nicaragua. Ce sera plus qu’un livre, il s’agira d’un bilan. Des portraits, des histoires, des pensées. Toute la richesse de mon séjour. J’espère qu’il vous plaira.

Mais avant tout cela, je tiens à remercier sincèrement toutes les personnes qui m’ont permis de mettre en place ce projet, ma famille tout d’abord, Isabelle, Laurent, Thomas, Maïna, Pierre, Geneviève, Blandine, qui m’ont soutenu plus que je n’aurais pu l’imaginer, l’association TouSCAN notamment Salvatore, Colette et Francine, les membres de l’ex-association Solidarité Nica, aujourd’hui membres de Ahi-Vamos, Ruth et Joseph de l’association INTI, les programmes d’aides aux projets : le CLAP de Villeneuve d’Ascq et tout particulièrement François Cardot, le programme Envie d’Agir et Cathy Combelles, le Crous de Lille, le programme Tourcoing Talents Jeunesse, le service culturel de la MJC Louis Aragon, la Bibliothèque Universitaire du Hainaut-Cambrésis, la Maison des Peuples et de la Paix d’Angoulême, le Toit du Monde de Poitiers, le festival BarrObjectif, la MRES, tous ceux qui m’ont soutenu.

Je vous remercie également, vous tous qui m’avez suivi et encouragé. C’est peut-être ultra cliché que de le dire mais c’est tellement vrai pour moi : c’est pour que ce travail soit vu, c’est pour qu’il serve à quelque chose que je l’ai fait et le plus grand honneur que je puisse recevoir est qu’il vous intéresse. Merci sincèrement à tous.

Je vous souhaite une bonne continuation à tous dans vos projets et une très bonne année 2011, avec tous mes vœux de bonheur !

Hélène Legay

Exposition à Bourg Saint Maurice

jeudi, décembre 2nd, 2010

Invitée par le comité de la Semaine de la Solidarité Internationale sur l’idée de l’association de solidarité avec le Nicaragua INTI, j’ai présenté l’exposition « Portraits de Nicaraguayens » du 15 au 21 novembre 2010 à Bourg Saint Maurice, dans les Alpes.

J’ai passé une semaine très intéressante entre l’exposition et les activités mises en place dans les alentours pour la semaine de la Solidarité Internationale avec la découverte des associations locales. Beaucoup de réflexions.

Je tiens à remercier les visiteurs de l’exposition dont les discussions ont été plus qu’enrichissantes. Merci beaucoup également à Ruth et Joseph de l’association INTI qui m’ont accueilli pendant une semaine chez eux.

Je souhaite vous faire partager le poème que Rose a écrit à la suite de la visite de l’exposition. Cela m’a énormément émue.

« ces visages si expressifs,

aux sourires à la fois timides et vifs,

dont les regards noirs

si brillants

offrent à la fois la tristesse

et surtout l’espoir

de ces gens pourtant plein de vie

malgré leur pauvreté.

Les couleurs de leurs oeuvres

leur fierté malgré la fatalité

leur envie désespérée

de s’en sortir et de trouver

même loin de chez eux

une vie plus heureuse

devrait bien faire réfléchir à deux fois,

ceux qui se plaignent pour n’importe quoi »

Rose, Bourg-Saint-Maurice, le 20 novembre 2010.

Si, Rose, tu lis ces lignes, n’hésites pas à me contacter. J’espère que tu ne m’en voudras pas d’avoir publié ici ce poème. Merci encore !

Photographies du vernissage :

Vernissage « Regards d’artistes sur le Nicaragua »

vendredi, octobre 1st, 2010
Vernissage de lexposition La vie à la Campagne

Vernissage de l'exposition "La vie à la Campagne"

L’association TouSCAN est une association de Solidarité avec le Nicaragua. Ses membres m’ont soutenu et aidé de manière significative lors de la mise en place de mon projet photo. Je tiens à les en remercier encore une fois.

Afin de faire connaître un peu plus le Nicaragua en France, l’association a mis en place une manifestation « Regards d’artistes sur le Nicaragua » comprenant deux expositions et trois ateliers avec des artistes de la région, autour du pays.

Laurette Dardenne, artiste-peintre et moi-même avons donc présenté nos travaux, parralèlement à une présentation du Nicaragua et de l’association faite par TouSCAN. Le vernissage de la manifestation a eu lieu mardi dernier en présence d’une quarantaine de personnes.

Vernissage de lexposition La vie à la Campagne

Vernissage de l'exposition "La vie à la Campagne"

Cette exposition a été pour moi l’occasion de reprendre le reportage effectué « El Cacao, une communauté dans la montagne » et de l’enrichir afin de créé un travail plus complet renommé « La vie à la Campagne ». Je mettrai ce travail en ligne prochainement sur le site www.lumieredimages.fr.

Au cours du vernissage, j’ai également présenté un petit diaporama commenté sur le Nicaragua : situation, histoire et actualités afin de compléter les informations de l’exposition et donner un cadre plus clair concernant le pays. Bien que mon intervention en public n’ai pas été la plus sereine possible (je ne suis pas encore très habile pour parler en public…), cette petite présentation a été appréciée et je recommencerai avec plaisir, en ouvrant la parole à tous à la fin afin d’enrichir notre réflexion commune autour des sujets concernés.

Toujours dans le cadre de cette manifestation, je présenterai le Nicaragua de la manière la plus ludique possible à une classe de CM2 jeudi prochain. Je pense que mon expérience d’animatrice de centre de loisirs me sera utile, je vous tiendrai au courant !

En tous cas, et c’est au fond le plus important, je tiens à remercier sincèrement toutes les personnes présentes à ce vernissage. Sachez que votre présence et vos commentaires sont ce qui justifie et motive mes photographies, alors merci beaucoup !!!

A très bientôt !

Le vernissage du festival BarrObjectif

vendredi, octobre 1st, 2010

Quarante-trois photographes ont présenté leur travail à BarrObjectif cette année, dont moi ! Je suis très heureuse d’avoir pu exposer mes photos dans le cadre de ce festival qui grandi en popularité depuis quelques années, réunissant plus de 10 000 visiteurs en 2009 ! Pour dire vrai, ça fait bizarre de ce dire qu’autant de personnes auront eu l’occasion de passer devant mon exposition… Je suis d’autant plus fière que c’est en allant à ce festival, il y a plusieurs années, que j’ai découvert mes premières expositions de photographies.

Le vernissage a eu lieu le dimanche 19 septembre, en présence de plusieurs centaines de personnes, qui ont pu déambuler dans les rues de ce charmant petit village de Charente, sous le soleil et dans une atmosphère très agréable.

Merci beaucoup à toutes les personnes venues profiter du festival, j’espère que ce fut aussi agréable pour vous que cela l’a été pour tous les photographes exposants !

Festival de Photo-reportage BarrObjectif

vendredi, septembre 24th, 2010

Le festival de photo-reportage BarrObjectif se déroule actuellement dans le petit village de Barro, en plein coeur de la Charente. Une quarantaine d’expositions de tous pays sont présentées dans un cadre enchanteur le temps d’une semaine.

Le vernissage de dimanche dernier s’est très bien passé sous un magnifique soleil. Je suis très contente (et fière, il faut l’admettre) de présenter mon exposition « Portraits de Nicaraguayens » dans le lieu même où j’ai découvert mes premières expositions de photographies à l’âge de 17 ans.

Merci à l’association La Coulée Douce pour son accueil, merci à tous les visiteurs de cette 11ème édition du festival et merci à vous pour votre soutien !

Lieux à découvrir

dimanche, juillet 25th, 2010

La richesse naturelle du Nicaragua est exceptionnelle. A de nombreuses reprises, je me suis retrouvée dans des lieux magiques. J’étais fascinée par la beauté de la nature qui m’entourait, à tel point que j’ai pu rester des heures durant à regarder le paysage.

Profiter des attraits touristiques d’un pays tout en respectant son environnement et ses habitants n’est pas toujours chose facile. Vous trouverez ici des liens vers les articles rédigés peu de temps après mon arrivée dans certains lieux que j’ai vu et que j’ai adoré. Profitez pour visiter et vous donner des idées si vous prévoyez un voyage…

A la suite des liens sur les articles du site, vous trouverez une liste des lieux intéressants à visiter au Nicaragua (liste rédigée au cours de la mon voyage).

Cliquez sur le lien correspondant au lieu ci-dessous pour avoir des informations

El Tisey-Ecoposada

El Salto del Estenzuela

Léon

Chagüitillo

Masaya, capitale du Folklore

Le Volcan Masaya

Evert Pavón y los Pueblos Blancos

Niquinohomo

La Laguna de Apoyo

Masachapa

Pochomil

Granada, ville coloniale et touristique

Isletas de Granada

Mi Museo de Granada

Volcan Maderas

Charco Verde

Ile d’Ometepe

El Rama

Réserve Indio-Maíz

San Juan de Nicaragua

Rio San Juan


Voici la liste des lieux intéressants à découvrir rédigée au cours de trois articles successifs lorsque j’étais au Nicaragua. Elle pourra vous apporter des renseignements complémentaires.

Le Nicaragua pendant 5 mois … pendant la même période, certaines personnes ont l’occasion de découvrir une bonne partie de l’Amérique latine !

Le Nicaragua pourtant ne manque pas de ressources, sur un territoire qui fait à peine le tiers de la France… Ainsi pour donner une idée à ceux qui auraient l’occasion de passer par ici, je vais vous présenter rapidement les endroits que je compte visiter et pourquoi… Le compte rendu complet est assez long et fera l’objet de plusieurs articles dans les jours qui viennent. En voici la première partie.

Je me sentirai presque capable de servir de guide avec toutes les informations que j’ai retenue et tout ce que l’on m’a dit sur le pays ! Alors si vous souhaitez avoir des infos plus complètes, n’hésitez pas à me demander !

Ile d’Ometeppe

Située au milieu du lac Nicaragua, cette île possède tous les atouts possibles pour être appréciée : deux volcans (Concepción et Maderas), des réserves naturelles avec une faune diversifiée, des musées, des plages d’eau cristalline … Que ce soit pour l’aventure ou le repos, vous trouverez votre bonheur. Pourquoi, je veux y aller ? Toutes les personnes qui m’ont parlé de l’île y ont passer de très bon moment et l’on trouvé magnifique, comment résister ?

Cette balade me permettra de prendre des photos des volcans du Nicaragua. Je ne peux pas me targuer d’écrire sur le Nicaragua sans avoir découvert de mes propres yeux cet atout touristique majeur du pays. Le Nicaragua, situé sur la “ceinture de feu”, possède de nombreux volcans (le nombre exact diverge selon les sources) dont 7 sont actuellement actifs.

Iles de Solentiname

Paradis perdu, cette archipel naturel est devenue la terre des peintres. Une école de peinture naïve y a été créé par le poète, cardinal et ex-homme politique du Nicaragua Ernesto Cardenal. La majorité des familles de l’île comprend aujourd’hui un ou deux membre(s) peintre. Avec un peu de chance, vous aurez la possibilité d’apercevoir un requin d’eau douce, espèce unique au monde. Les membres de Touscan qui y sont allés en ont un souvenir magique, mieux qu’Ometeppe !
Pour ma part, je souhaite rencontrer une famille de Nicaraguayens et de peintre afin de présenter cette particularité au sein de mon rendu photo.

Le Rio San Juan

Ce fleuve part du lac Nicaragua pour se jeter dans la mer Caraïbe. A partir de là, on peut rejoindre la réserve naturelle Indio-Maíz (quasi-uniquement de la forêt) , où se trouve des jaguars et des lions. Je n’ai aucune chance de les voir mais l’idée de découvrir cette réserve naturelle me plaît. D’autant plus qu’il s’agit d’une forêt tropicale humide, contrairement aux forêts du Nicaragua située sur la bande pacifique. Je pourrai observer la différence.
Le plus à l’est du Rio se trouve la ville d’El Castillo, où se trouve, oh surprise !, un château tout en haut d’un falaise vertigineuse qui tombe dans le fleuve. Les dessins et peintures du lieux me donnent bien envie de le voir de mes propres yeux.

Léon

J’ai déjà eu l’occasion de visiter le centre-ville. Vous avez d’ailleurs pu observer les photos de l’église El Calvario. Je souhaite y retourner pour plusieurs raisons : tout d’abord afin de visiter le musée des Légendes et Traditions Joaquin Arrechavala au sein duquel sont représentés tous les mythes et légendes les plus populaires du Nicaragua à travers des maquettes miniatures. Chaque vile possède sa légende : la Mocuana à Esteli, Chico Largo à Ometeppe … J’aurai beaucoup à y apprendre et je n’hésiterai pas à vous faire découvrir les plus intéressantes. Je retournerai également à Léon pour prendre des renseignement au sujet du volcan Cerro Negro, sur la faune et sur la flore afin de particper au projet Nica Ch’tis 2 de Touscan. (cf : site de l’association). Enfin, le 28 août aura lieu l’inauguration de la casa communal qui permettra aux communautés rurales d’El Sauce de s’ouvrir au tourisme communautaire, je ne veux pas manquer ça !

Matagalpa

Je ne suis pas sûre d’y retourner, mais cela pourrait se faire sur le chemin de la réserve Bosawas. La ville en elle même est magnifique. Elle s’étend sur plusieurs collines et de presque toutes les partie de la ville, on aperçoit les quartiers face à nous. Près de la ville (mais n’oublions pas que tout est relatif), existent de gigantesque cascades. Je n’ai pas eu l’occasion de les voir et je voudrais y retourner rien que pour ça. Si vous êtes sur place, n’hésitez pas aller voir le musée Carlos Fonseca, situé dans la maison où il est né. Il s’agit du fondateur du Front Sandiniste de Libération Nationale (FSLN), parti de la révolution de 1979, actuellement au pouvoir et très apprécié par la grande majorité de la population. Il s’agit d’un bâtiment sans prétention et l’intérieur est identique. Cela fait une partie de son charme.

Massaya, la ville de l’artisanat

La ville me semble plutôt jolie et surtout les marchés sont intéressants. Il y en a deux : le “marché des touristes” plus cher et plus propre et le “vieux marché”. Le contraste entre les deux peut être intéressant, je compte voir ce qu’il en est. Il vaux mieux passer au “vieux marché” avant le départ pour acheter les cadeaux et tous l’artisanat avant de rentrer chez soi. Les hamacs et les poteries sont les spécialités mais vous pourrez trouver un peu de tout. Près de Massaya, se dresse le volcan du même nom, en haut duquel on peut apercevoir un lac de lave et des perroquets dont l’existence et la survie dans un lieu si aride est un mystère. Un réserve naturelle se situe au pied du volcan ainsi qu’un musée intéressant. Enfin, non loin de la ville, se trouve les Pueblos Blancos : des villages d’artisans qu’il est possible de visiter. Un mirador (un point de vue – pas une tour de surveillance :-)) situé près d’un lac Catarina vaut le détour.

Miraflor

Au sein de cette réserve naturelle près d’Esteli s’est développé le tourisme communautaire (activité secondaire des paysans qui permet de développement de la communauté et non pas des finance d’un propriétaire déjà riche). Si j’ai l’occasion d’y passer 2 ou 3 jours, cela me permettra d’observer et de discuter avec les paysans des avantages et inconvénients développés par ce type d’action. Je m’intéresse beaucoup aux possibilités offertes par cette alternative au tourisme de masse. Du point de vue touristique, les cabanes ont l’air confortables au vu des photos que m’a montré l’un de leur visiteur. Le confort n’est pas toujours extrême mais ce n’est pas le but. L’intérêt de Miraflor est particulièrement le contact très proche avec la nature, présenté ou non par un habitant des lieux qui connait particulièrement bien la faune et la flore locale.

El Refugio de Vida Silvestre del Río Escalante Chacocente

Sous ce nom à rallonge se trouve l’une des plages et réserve naturelle sur laquelle les tortues viennent pondre leurs oeufs entre juillet et novembre. Difficile d’accès, je ne me suis pas encore bien renseignée sur les possibilités de m’y rendre. Mon intérêt pour cette endroit est plus lié à émerveillement de pouvoir observer ce qu’y s’y passe : voir, de nuit, arriver par centaines des tortues gigantesques, les voir pondre et cacher leur oeufs dans le sable avant de reprendre la mer. Réussir une photo de qualité serait pour moi un défi si je m’y rend mais oserais-je me concentrer sur mon appareil photo plutôt que sur l’évènement ? Les nuits d’observation sont très contrôlées afin de ne pas poser de problème du point de vue écologique.

La côte Caraïbe

Cette appellation regroupe plus de la 1/2 du territoire Nicaraguayen. La plus grande partie est couverte de forêt tropicale humide. La population se situe quasi-exclusivement près de la mer : El Rama, Bluefield, la Laguna de Perla. Au dire des Nicaraguayens de la côte Pacifique, les costeniens sont un peu différents. Cette zone n’a pas subi la domination espagnole mais quelques comptoirs anglais s’y sont installés durant l’époque coloniale. Les populations indigènes ont beaucoup moins subi de mélanges que sur la côte pacifique. Les langues parlées sont donc les langues indigènes comme le Misquitos, et un Espanglais étrange (mélange d’espagnol et d’anglais, plus d’anglais que d’espagnol a ce que j’ai compris).
La nourriture est un peu différente, les plats traditionnels du moins, les danses et les coutumes également. Le Palo de Mayo, danse traditionnelle, fait beaucoup parler d’elle, il faut que je vois cela de plus près.
De nombreuses réserves naturelles sont présentes dans les terres afin de protéger les forêts mais la contrebande et la corruption politique permettent certains abus.
Près de Biliwi, au nord de la côte, se trouve la gigantesque réserve Bosawas où vivent encore des tribus indigènes comme nous les imaginons dans la forêt amazonienne. L’accès est difficile, peu recommandé et aller voir ces peuples pour le simple plaisir touristique me semble assez malsain.

Ainsi, je compte pour la part me rendre à Bluefields afin de rencontrer une association française d’énergie propre (je n’en sait pas beaucoup plus pour le moment), passer quelques jours à la Laguna de Perla auprès d’une communauté misquitos qui pratique le tourisme communautaire afin si possible qu’il me fasse partager un peu de leur temps et de même à El Rama, plus proche d’un réserve naturelle et dont la culture indigène est différente, ils sont Ramas. Si le temps et l’argent me le permettent, je me rendrai également à Biliwi auprès d’une association de femmes qui pratique également le tourisme communautaire.


L’association UCA Tierra y Agua, près de Granada.

La fondation UCA Tierra y Agua est une Union de Coopérative agricole qui agit pour améliorer la vie des communautés rurales grâce à des actions d’informations agricoles auprès des paysans et grâce à des projets sociaux. Elle développe et promeut également le tourisme communautaire au sein de ses communautés.

J’ai eu l’occasion de pouvoir contacter les membres de l’association, notamment l’une des auteur du livre de Tourisme Rural et communautaire publié au Nicaragua en 180ex. en 2006 et je devrai les rencontrer leur de mon passage à Granada.

Une autre semaine de découverte auprès de Norma Morales.

Afin de perfectionner mon espagnol et découvrir de nouvelles choses intéressantes près d’Esteli.

Je crois que j’ai maintenant fait le tour de mon programme pour ces quelques prochains mois dans le pays. S’il me reste un peu de temps, je me poserai une semaine ou deux dans une ville, Managua ou Granada pour faire le point sur mes photos, toutes les informations que je possède et commencer à rédiger et composer mon rendu avant de rentrer en France de manière à pouvoir récupérer quelques informations manquantes. Je doute cependant que je puisse le faire. Vamos a ver(nous verrons bien)

Bien entendu, le contenu de ce que je vais faire réellement n’est pas fixé, je donne juste une idée de ce qui existe et de ce qui est possible. Encore une fois, vamos a ver…

Pour ceux que cela intéresse, j’ajoute ici quelques lieux que j’ai déjà visité ou qui peuvent être intéressant de voir mais qui ne font pas partie de mon programme pour une raison ou pour une autre :

Managua, la capitale. Ne vous déplacez pas exprès mais il peut être intéressant d’y faire un tour. A voir, la place de la République (ancienne place de la Révolution), la cathédrale – absolument affreuse, le parc Tiscapa (ou parc Sandino) donne un point de vue sur toute la ville, les supermarchés actuellement les seuls ou presque du Nicaragua. Ce n’est “à voir” mais vous ne pourrez pas passer à côté : la pauvreté et la richesse qui cohabitent. Certains quartiers sont dangereux aux dire de tous les Nicaraguayens que je connais. Ne vous déplacez pas seuls la nuit.

Corn Island, les îles Caraïbes du Nicaragua. Prendre l’avion, dépenser plus de 200$ pour aller dans un paradis perdu, autant aller à Ometeppe, c’est plus écologique.

Le Canyon de Somoto. J’irai peut-être mais ce n’est pas sûr. Il s’agit d’un grand Canyon creusé dans la roche. La baignade est déconseillé mais personne ne s’en prive. L’eau est claire et rafraîchissante. Le paysage est sublime.

Granada, la ville coloniale. En tant que touriste du Nicaragua, vous ne pouvez pas la louper. J’en ai parlé dans le blog, c’est un endroit très agréable qui ressemble peu au reste du pays. Boris, de l’hospedaje (petit hôtel) “La Siesta” est français et pourra vous donner plein de conseils, profitez-en.

Les plages du Pacifique. Si vous n’avez jamais eu l’occasion d’en voir un, le couché de soleil sur le Pacifique est un passage obligé. Les plages raviront tous les adeptes de la mer, des vagues et du farniente. Ce n’est malheureusement pas mon cas.

San Juan del Sur. Une plage du Pacifique très touristique. Beaucoup de personnes m’ont dit qu’il fallait y aller. Ce n’est près d’aucun de mes itinéraires alors je risque de passer à côté.

Esteli. Pour moi une ville de coeur plus pour les personnes que j’y ai rencontré que pour le tourisme. Les fabriques de cigares vous ouvrent leur portes, la cathédrale est jolie. Vous pourrez rencontrer Modesto, l’artisan qui a réalisé la statue du parc du centre-ville, si vous le demandez à Norma Morales (cf: article de début août 2009.)

Ces informations ne sont pas exhaustives loin de là. De la même manière que personne ne connaît parfaitement la France, personne ne connaît parfaitement le Nicaragua et nombreux sont les lieux intéressant qui ne se trouvent ni dans les guides touristiques, ni sur ce site.

La programmation de cet été

mercredi, juillet 7th, 2010

Le projet Nicaragüenses continue lentement mais surement cet été. Une partie de l’expo « Portraits de Nicaraguayens » sera visible pendant le festival des Eclectiques, la Convention de Jonglerie de Carvin du 14 au 18 juillet dans le cadre de l’exposition de l’association Bohu-Tohu « Mon voisin est un artiste » déjà présenté à la Maison Folie de Wazemmes fin juin.

Pour le reste, je prépare l’année prochaine de par la rédaction des textes du livre de photographies sur le Nicaragua que je compte proposer à des édieurs à partir de septembre prochain. Les expositions vont reprendre à partir de septembre avec la sortie d’une nouvelle série de photographies sur la campagne et le tourisme communautaire (Festival de Photo-reportage BarrObjectif en Charente du 18 au 28 septembre, exposition sur le Nicaragua (peintures de Laurette Dardenne et photographies de Hélène Legay) avec l’association Touscan à la Maison Régionale de l’Environnement et des Solidarités (MRES) de Lille, exposition « Portraits de Nicaraguayens » à Bourg Saint Maurice (Savoie) lors de la semaine de la Solidarité Internationale avec l’association INTI qui sera par la suite présentée à la bibliothèque universitaire de Lille 2 en novembre/décembre, une exposition à Paris dans un café en mars). L’exposition « Jeunes Nicaraguayens » va être prêtée au CROUS de Poitiers afin de la présenter dans différents lieux universitaires du Poitou-Charentes (Poitiers, Niort, La Rochelle, Angoulême).

Je compte terminer le diaporama de présentation du Nicaragua que je mettrai en ligne et que je présenterai au club de photographie Métropolille Image à Lille au début de l’année scolaire prochaine ainsi qu’un book de photographie spécial afin de le présenter à des galeries parisiennes.

Voici donc les projets pour l’été : préparer l’année prochaine. Le programme 2010-2011 risque d’être d’autant plus chargé que je reprends un Master (bac +4) de Communication Interne et Externe à l’université de Lille 3 suivi d’un stage de 6 mois de mars à août 2011.

Pour ne pas vous laisser en reste, je vais commencer dès aujourd’hui à publier une série d’articles qui retracent mon voyage. Des photos inédites, des textes que j’avais rédigé mais que je n’avais pas pris le temps de présenter… de quoi repartir le temps de quelques minutes à 7000 km de la France 🙂 !

A tous et à toutes, je vous souhaite un très bon été 2010 sous le soleil, en profitant de la vie !

Lauréate de « Tourcoing Talents Jeunesse »

jeudi, juin 17th, 2010

On m’a proposé à la dernière minute de participer aux Tourcoing Talents Jeunesse le 5 juin. Il s’agit d’une journée au cours de laquelle les jeunes de Tourcoing viennent présenter leurs projets, également ouvert aux lauréats du programme Envie d’Agir (dont je fais partie). Au cours de cette journée, des jury passent auprès des stand pour découvrir les projets et un jury décerne une aide complémentaire aux meilleurs projets de sa catégorie.

En deux jours, j’ai créé mon dossier et préparé mon stand (alors que j’étais en examen à Toulouse) mais je ne regrette pas ! J’ai gagné le 3ème prix dans ma catégorie ex-aequo avec mon voisin de projet au cours de la journée Jérome Levrel (pour la création du spectacle Le Tour du Monde en Ballons).

Merci beaucoup à la MJE de Tourcoing, organisatrice de l’évènement, grâce à qui je vais créer une nouvelle exposition spécialisée sur le Tourisme Rural Communautaire qui sera mise en place pour la première fois en septembre à la MRES de Lille avec l’association TouSCAN !