Archive for the ‘Nature’ Category

Un gecko

dimanche, décembre 6th, 2009
Un gecko sur une poutre du Tisey.

Un gecko sur une poutre du Tisey.

Petits animaux familiers des maisons nicaraguayennes, le gecko est apprécié car il mange les moustiques. De temps en temps, il « chante » en émettant des petits bruits aigus. C’est amusant de le regarder attraper les papillons qui volent près des lampes la nuit ou de regarder leur parades amoureuses sur les vitres des maisons où ils aiment se poser pour profiter de la lumière.

Un gecko derrière un rideau à Chagüitillo.

Un gecko derrière un rideau à Chagüitillo.

La réserve Indio-Maiz

jeudi, novembre 5th, 2009

Il est un peu présomptueux de ma part d’appeler cet article ainsi car je ne suis pas entrée au sens propre du terme dans la réserve. Je me suis contentée de longer la ville de San Juan de Nicaragua pour prendre quelques photos, mais déjà dans des lieux où la faune et la flore sont enchanteurs. Je vous présente quelques photos afin de vous donner une idée de la richesse naturelle des lieux.

Un papillon

Un papillon

 

 Au milieu des herbes

Le Rio San Juan

samedi, octobre 24th, 2009
Un envol doiseaux sur le bord du Rio San Juan

Un envol d’oiseaux sur le bord du Rio San Juan

Une balade de 7 heures au bord de l’eau à observer les oiseaux, les tortues marines et même quelques crocodiles… C’est le trajet que j’ai effectué sur le Rio San Juan pour me rendre de El Castillo à San Juan de Nicaragua (ancien San Juan del Norte). La descente dure toute la journée mais la faune et la flore ne lassent pas. Mon exercice principal a consisté à capturer en photo les animaux observés mais la vitesse du bateau ne permet pas de faire des miracles et les crocodiles n’ont pas voulu que je leur fasse un portrait.

Les tortues et le vols des papillons jaunes (détail dune photo)

Les tortues et le vols des papillons jaunes (détail d’une photo)

Le Rio San Juan est un fleuve qui constitue la frontière sud-est entre le Nicaragua et le Costa Rica. Long de plus de 100km, il prend sa source dans le lac Cocibolca et plonge dans la mer des Caraïbes. Il est bordé de forêt vierge par endroits et de quelques petits villages et maisons au bord de l’eau.

Un mur de verdure de plusieurs dizaines de mètre de haut au bord du Rio San Juan

Un mur de verdure de plusieurs dizaines de mètre de haut au bord du Rio San Juan

Il est parfois étonnant d’observer la vie d’une famille au bord du fleuve : il n’y a pas d’électricité et la plupart des familles doivent vivre en quasi autonomie pour la nourriture et tous les produits du quotidien car l’épicerie la plus proche est souvent à plus d’une demi-heure en barque a moteur et beaucoup plus à la rame. Les femmes lavent le linge dans le fleuve pendant que les enfants se baignent et plongent de la rive.

Un garçon au bord du Rio San Juan

Un garçon au bord du Rio San Juan

Je n’ai pas eu l’occasion de m’arrêter pour discuter avec les habitants mais il est clair que la vie est très différente de la nôtre en France mais également de la vie de la majorité des Nicaraguayens de la côte Pacifique.

La forêt vierge qui borde le Rio San Juan est pour une grande partie protégée en tant que réserve naturelle : la réserve Indio-Maiz. Je souhaitais y faire un petit tour à partir du Refugio Bartola (un centre de tourisme communautaire qui borde la réserve) mais le manque d’organisation et la difficulté d’accès dans ce lieu m’en a empêché. La réserve est un lieu magique pour observer la richesse de la faune et de la flore. Moi-même, non spécialiste, ai pu observer à partir d’une balade à San Juan de Nicaragua un très grand nombre de papillons, d’oiseaux et de libellules.
Aujourd’hui, cet espace naturel s’ouvre peu à peu aux touristes avec la création d’hôtels et de restaurants. J’espère que la croissance certaine du tourisme dans les prochaine années se fera dans le respect de la nature et des populations locales, selon les principes du tourisme durable et responsable car sinon, les dangers sont grands. Le versant Costa Rica du fleuve, possédait les même richesses. Ouvert aux touristes depuis longtemps, la diversité exceptionnelle que le pays possédait à aujourd’hui disparue (l’instabilité politique du Nicaragua dans les années 80-90 explique cette différence).

Le mirador du volcan Maderas

samedi, octobre 24th, 2009
Mirador du volcan Maderas

Mirador du volcan Maderas

Une heure et demi d’escalade en prenant son temps et nous voici arrivé au mirador du Volcan Maderas, l’un des deux volcan de l’île d’Ometepe.

Le chemin pour venir est très agréable, aux milieu des champs et des cailloux qui font parfois facilement notre taille. Si l’on regarde bien, nous avons l’occasion d’observer quelques pétroglyphes sur le chemin (gravures précolombiennes). De loin, nous entendons des cris étranges qui font un boucan d’enfer… Il s’agit d’une quantité impressionnante de singes regroupés dans un arbres. A notre approche, ils se taisent mais s’habituent très vite à notre présence et se montre de nouveau. La fin de la balada, dans la forêt avec la terre gonflée d’eau, glisse un peu, la pente se corse mais l’arrivée au Mirador nous fait oublier toute la fatigue éventuelle.

La vue est sublime. Nous passons deux petites heures à profiter de la beauté du paysage et à voir passer les courageux transpirants qui sont partis au sommet (8 heures de marche aller/retour) avant de rentrer à l’auberge écologique où nous logeons au pied du volcan.

Si vous avez l’occasion d’y passer, rien que pour la vue, cela vaut le coup !

La Lagune de Charco Verde

mercredi, octobre 14th, 2009
Proche de la Lagune

Proche de la Lagune

De nombreuses légendes circulent sur le lac de Charco Verde. Celle contée par le propriétaire de l’Hôtel Ortiz où je suis descendue est la suivante : quiconque mange du poisson péché à minuit dans l’eau du lac de Charco Verde se mariera avec un habitant originaire de l’île d’Ometepe… Avis aux amateurs du Nicaragua qui veulent y trouver l’âme soeur.

Le lac de Charco Verde

Le lac de Charco Verde

Les Isletas de Granada

mardi, octobre 13th, 2009

L’une des attraction principale de Granada est « Les Isletas ». Découvrir les Isletas de Granada, c’est faire un tour en bateau à moteur autour d’une multitude de petites îles privées (plus de 300) qui entourent une presque île proche de la ville. Quelques photos :

Lune des îles des Isletas

L’une des îles des Isletas

Une barque sur le lac Cocibolca (ou lac Nicaragua)

Une barque sur le lac Cocibolca (ou lac Nicaragua)

El Salto del Estenzuela

mardi, septembre 29th, 2009
La Cascade de lEstenzuela

La Cascade de l’Estenzuela

Proche du Tisey, se trouve la cascade de l’Estenzuela, haute de 36 mètres de haut. Elle est l’occasion d’une belle petite promenade au bord de l’eau, tout en regardant les oiseaux et toute la faune et la flore locale. Puis-je répéter une nouvelle fois que la nature est merveilleuse par ici. Jamais je ne pourrai m’en lasser…

La vue du haut de la cascade

La vue du haut de la cascade

Une promenade au bord de leau

Une promenade au bord de l’eau

Une fleur

Une fleur

Levé de soleil sur la montagne ?

mardi, septembre 29th, 2009
Une éclaircie furtive le temps dapercevoir le lac Xolotlan au loin

Une éclaircie furtive le temps d’apercevoir le lac Xolotlan au loin

Motivée, je me suis levée à 5 heure du matin pour aller observer un levé de soleil à partir du mirador du Tisey. Le temps était tellement embrumé que je ne voyais pas bien loin. Une fois levé, je n’allais pas me recoucher et je suis partie appareil photo et trépied à la main, espérant une éclaircie. Les paysages embrumés avec le soleil qui se lève en valent d’ailleurs la peine.

La fôret embrumée

La fôret embrumée

Finalement, arrivée au sommet, j’ai attendu une éclaircie qui n’est pas venue mais de courts instants, j’ai pu apercevoir de loin le lac Xolotlán et les volcans de de l’Ometepe. Le Nicaragua, c’est vraiment tout petit en fait !
En haut d’une colline embrumée, seule, avec un appareil photo et un trépied, à 5h30 du matin, je me suis dit que le mieux était de prendre des photos. De quoi? De moi. Alors une fois n’est pas coutume, je vous offre un cliché de moi, inspiré de la série Jumping de Halsmann : Au mirador du Tisey.

Moi au mirador du Tisey

Moi au mirador du Tisey

Zopilotes

vendredi, septembre 4th, 2009

Les busards sont très présents dans le ciel nicaraguayens. J’aime bien les regarder voler dans le ciel.

Des busards volent dans le ciel Nicaraguayen

Des busards volent dans le ciel Nicaraguayen

Le volcan Masaya

jeudi, septembre 3rd, 2009
Le cratère San Jéronimo vu du sommet dun autre cratère.

Le cratère San Jeronimo vu du sommet d’un autre cratère.

Hier, j’ai décidé d’aller observer mon premier volcan. Je suis au pays « des Lacs et des Volcans », il faut bien que j’en profite !

La réserve du volcan Masaya comprend en fait deux volcans et 5 cratères dont un seul actif. L’attraction principale et bien entendu le cratère San Jeronimo dont la vapeur s’échappe sans discontinuer.

Lintérieur du cratère San Jéronimo (volcan Masaya)

L’intérieur du cratère San Jéronimo (volcan Masaya)

Mais aussi, le paysage vaux (encore une fois) le coup d’oeil. Sur les flancs du cratères, la végétation cohabitent avec les rochers de pierres volcaniques, l’un gagnant parfois du terrain sur l’autre. Certains espaces sont les lacs de pierres volcaniques que l’on reconnaît au loin comme de grandes surfaces noires et poreuses, d’autres ressemblent plus à des forêts ou des champs sauvages oú poussent de magnifiques fleurs.

Intérieur de lun des cratère etaint du volcan Masaya.

Intérieur de l’un des cratère etaint du volcan Masaya.