Archive for the ‘Généralités – la vie de la rue’ Category

Eologia, abuela de la campagne

dimanche, août 8th, 2010
Eologia, abuela de la campagne

Eologia, abuela de la campagne

Le regard d’une femme.

Une main qui vous touche.

Un sourire.

Un accueil chaleureux.

Tout cela peut se passer en moins de quelques minutes et vous marquer pour la vie.

Elle m’a regardé partir jusqu’à ce que je quitte l’horizon et j’ai senti mon cœur qui battait.
Croisée au détour d’un chemin, Eologia m’a offert beaucoup. Je n’ai pas eu le temps de la connaître mais ce portrait en dit long. Je vous l’offre.

Il y a un an… La Calle de Condega

mercredi, juillet 7th, 2010

Bonjour à tous,

Aujourd’hui, une photographie qui symbolise pour moi mon arrivée dans le pays. J’y étais pourtant déjà depuis deux semaines mais je n’avais pas encore commencé à prendre de photos. Je travaillais avec les membres de l’association Solidarité Nica à l’école qu’ils soutenaient, je découvrais le pays et la langue…

Une photo prise au matin dans une rue de Condega :

Une rue de Condega

Comedors du marché Huembes

samedi, décembre 5th, 2009

Le marché Huembes est un marché de Managua, la capitale du Nicaragua. Il s’étend sur une superficie assez importante (mais pas autant que le marché asiatique de Managua qui s’étend sur plusieurs hectares de terrain, peu de gens le connaissent complètement.).

Pour revenir à notre sujet, au centre du marché Huembes se trouvent un salle à manger avec de nombreux comedors (petits restaurants) qui proposent de la nourriture typique, de propreté qui peut parfois laisser à désirer et dans des proportions gargantuesques. Quand sur les murs de nombreux endroits, des pubs MAGIE s’affiche sur le mur.

Regards d’enfants

vendredi, novembre 27th, 2009

De tous les endroits de la Terre, l’un des thèmes de photographies les plus prisés sont les enfants. Ils sont toujours beaux et prêts à être pris en photos. J’ai moi-même une petite collections de photos d’enfants, l’une de mes première série de photos que je ne pourrai jamais présenter car je ne possède pas les droits. Faire des photographie d’enfants fait partie des prises de vues les plus simples mais cela plaît toujours. Alors comme au fond, moi aussi j’aime ces regards inimitables, voici quelques photos.

Niquinohomo, un village des Pueblos Blancos

lundi, octobre 12th, 2009

Juste une petite photo d’un parc coloré. Au Nicaragua, les parques centrales sont des lieux de rassemblement pour se retrouver entre amis à la fin de la journée où de la semaine. Conviviaux, ils sont souvent tout couleur avec de nombreux bancs…

Le parc central de Niquinohomo

Le parc central de Niquinohomo

« Chilisa », nouveau quartier d’Esteli

lundi, octobre 12th, 2009
Les tentes de lentrée du quartier Chilisa

Les tentes de l’entrée du quartier « Chilisa »

Norma Morales est ma professeur d’espagnol. Fin septembre, je suis retournée chez elle pour une semaine de cours et de tourisme. Après m’avoir présenté à l’un de ses amis libéral afin que je puisse lui poser toutes les questions que je me posais, elle a tenu à me montrer l’un des quartier d’Esteli (la ville dans laquelle elle vit) : le quartier « Chilisa » où se sont installées des familles et groupes de personnes qui n’ont pas de toit. Le terrain appartient en partie à un propriétaire terrien qui n’utilise pas cette portion de terre. Officiellement donc, ces nicaraguayens se sont installés sur une propriété privée en toute illégalité, c’est pourquoi on les appelle les « Toma-Tierra » (preneurs de terres). Plus de deux mille personnes vivent aujourd’hui sur plusieurs dizaines d’hectares. L’expansion démographique du Nicaragua explique en parti ce phénomène. La maison familiale devient trop petite pour les enfants devenus adultes et leur familles. Ils ne peuvent plus construire sur le terrain familial car il devient trop petit. N’ayant pas les moyens d’acheter ou de louer une maison, les familles sans-toit se regroupent afin de survivre en s’installent sur des terres à l’abandon afin de survivre comme ils peuvent. Et effectivement, les conditions de vie dans quelque camping français que ce soit sont bien meilleures que les conditions de vie dans le quartier « Chilisa ». Ici, il n’y a pas d’eau ni d’électricité. Les abris sont construit avec ce que l’on trouve. Les toits sont fait le plus souvent d’amoncellements de cartons et de sacs poubelles en plastique qui laissent s’infiltrer l’eau quand il pleut. Peu à peu, certains des habitants parviennent à s’acheter des matériaux afin de construire un abris de meilleure qualité comme ce couple avec bébé qui vit dans les 5-6 m² d’une cabane en bois.

Une famille dans leur maison

Une famille dans leur maison

La propreté personnelle et l’attention portée à la tenue vestimentaire des personnes qui partent à la ville pour travailler ou trouver du travail m’impressionne. Les chemises sont mieux repassées que ce que je suis personnellement capable de faire avec tout le matériel que je possède. Les voisins s’offrent le café, l’on fait les repas en famille. La plupart des familles tentent d’améliorer leur sort en travaillant d’une manière ou d’une autre, à l’image de cette femme qui cuisine des nacatamales (plat typique) pour aller les vendre en ville. Comme partout dans le monde, les enfants jouent ensemble, courent, et s’entraînent au baseball avec une balle de tennis. La vie continue…

Une femme cuisine des nacatamales

Une femme cuisine des nacatamales

Les rues de Granada

mercredi, septembre 30th, 2009

En arrivant en bus à Granada, j’ai vu un vieux bâtiment en ruine. Comme il me plaisait, je suis allée faire un tour par là pour éventuellement prendre quelques photos.

Les rues de Granada vers 5 heure de l’après-midi, c’est à dire une heure avant le couché du soleil sont agréable, l’ambiance est à la fois calme est vivante, en voici quelques photos :

En face du viel hôpital

Une soirée à Condega

jeudi, septembre 24th, 2009
Une partie de foot dans la rue

Une partie de foot dans la rue

La chaleur du soleil disparu émane du sol et des murs. Il fait nuit, il est tôt et comme chaque soir à Condega, je suis dans la rue, assise sur une chaise, accompagnée des membres de la famille chez qui je vis : Candida, Xilonem, Citlali. L’atmosphère est calme et paisible. Les voisins jouent au foot sous la lumière des réverbères et s’arrêtent régulièrement pour laisser les voitures passer. Comme si de rien le charmant voisin d’en face fait l’objet de toute l’attention des jeunes filles de la maison.

Une partie de foot dans la rue, rien de plus. Pourtant cela suffit pour profiter du temps qui passe…

Mister Nicaragua

mercredi, septembre 23rd, 2009

Mon objectif est de parler du Nicaragua en général alors comme les éléments me viennent sous la main, je vous présente l’un des concours pour lequel il y a pas mal de pub à Managua et sur les blogs nicaraguayens. C’est la pause détente…

A chaque fois que j’arrive à Managua en bus, je me retrouve face à des pubs de Mister Nicaragua présentant tel ou tel candidat. Je dois avouer que je n’ai personnellement jamais suivi les concours de Miss France et cela me fais sourire que de voir Mister Nicaragua. En soit cela n’a pas grand intérêt, mais c’est amusant a remarquer. Si vous cliquez sur la photo, vous pourrez allez sur le site de ce candidat de Granada, pour voir…

(PS: Je ne fais pas particulièrement la promo de ce « mister Nicaragua » mais ce site m’est tombé sous la main)

Hip Hop, non stop !

jeudi, septembre 10th, 2009
Les jeunes réunit encouragent celui qui fait sa présentation.

Les jeunes réunit encouragent celui qui fait sa présentation.

A Granada, la Calle Central (Rue Principale) est le lieu de rendez-vous de tous les touristes une fois la nuit venue. En conséquence, de nombreux vendeurs et enfants en quête de quelques pesos (sous) viennent y faire un tour.

Tous les soirs, un groupe de jeune se réunit avec un poste de musique pour faire une démonstration de danse qui ressemble vaguement à du Hip Hop. Je ne sais pas de quoi il s’agit exactement mais ils sont fort et je ne me lasse pas de les regarder.

Un enfant est accroché à un jeune pendant que ce dernier fait une roue.

Un enfant est accroché à un jeune pendant que ce dernier fait une roue.