Archive for the ‘Avant le départ’ Category

Programme

jeudi, août 27th, 2009

Au Nicaragua :

Arrivée le 26 juin 2009.

Pendant les trois premières semaines, animer des activités éducatives et culturelles auprès des enfants de l’école IDCO à Condega auprès de l’association de solidarité avec le Nicaragua Solidarité Nica.

du 17 au 19 juillet, rencontrer au Nicaragua les membres du voyage organisé par l’association francaise de tourisme communautaire Touscan

le 19 juillet, participer aux 30 ans de la révolution Sandiniste, évènement majeur du pays.

Etudier l’espagnol pendant une semaine auprès de Norma Morales, professeur d’espagnol Nicaraguayenne

Découvrir et participer aux projets des associations nicaraguayennes Aprodesa et Caiem-Sol (respectivement association d’aider au développement agraire et association de soutien aux populations les plus vulnérables) à Managua durant trois semaines.  Création des sites internet de ces deux associations.

Rencontrer l’association nicaraguayenne UCA Tierra y Agua, Union des coopératives agricoles et découvrir particulièrement les projets de tourisme communautaires qu’ils promeuvent.

Partir sur la côte Caraïbe du pays, difficile d’accès, afin de rencontrer (sous réserve) l’association Blue Energy, dont la mission est d’apporter l’électricité dans les lieux les plus reculés grâce à l’energie propre et découvrir du point de vue touristique différentes communautés rurales praticants le tourisme communautaire.

Visiter plusieurs réserves naturelles du Nicaragua afin de présenter brièvement la faune et la flore du pays, notamment les forêts denses et leurs différences : forêts sèches, humides ou forêts de pins.

Partir à Léon pour me renseigner sur le Cerro Negro en prévision du projet d’échange culturel Nica Ch’tis 2 organisé par l’association Touscan.

Départ du Nicaragua le 13 novembre dans la matinée.

Retour en France le 2 décembre 2009, après trois semaines au Canada, afin de préparer la mise en place des expositions.

Projets de réalisations durant et après le séjour :

Bien entendu, les expositions prévues (cf : page Expositions).
Le thème principal du séjour est « Nicaragüenses », une sélection de portraits de Nicaraguayens accompagnés de courts textes afin de présenter de manière non exhaustive la vie des Nicaraguayens.
D’autres thèmes seront présentés lors de certaines expositions, par exemple, les expositions du CROUS seront plus axées sur la vie des jeunes Nicaraguayens et l’éducation en général.

Je compte me renseigner sur tous les aspects du tourisme communautaire, ses origines, son application, ses avantages et ses inconvénients. Ce type d’alternative au tourisme de masse m’intéresse particulièrement et mérite d’être reconnu tout en prenant toutes les précautions afin de pouvoir être viable. Il s’agit d’un type de tourisme particulier qui ne convient pas à tout le monde car il suppose d’accepter certaines contraintes particulières.
Je songe actuellement à effectuer un reportage complet sur le sujet en vue d’une éventuelle publication.

La publication futur d’un livre de photographies sur le Nicaragua, prenant en compte les sujets suivants : cuisine, traditions, histoire, art et artisanat, portraits de Nicaraguayens, faits de société. Il s’agirait de regrouper dans un livre une série d’articles courts avec photographie sur le Nicaragua afin d’avoir un panorama intéressant mais non exhaustif des particularités Nicaraguayennes. Je vais écrire ce livre à mon retour, si vous connaissez un éditeur ou un contact susceptible d’être intéressé par ce projet, n’hésitez pas à me contacter.

Le sac à dos

dimanche, mai 17th, 2009

A un certain point du projet, on commence à se poser la question : « Mais qu’est ce que je prends? »

Voici un petit aperçu de ce que contient mon sac de voyage :

Vêtements

– Vêtements en lin ou en coton, couleurs claires, assez amples (pour la chaleur et les moustiques)

– Sandales en cuir solide (acheté chez un artisan local)

– Chaussures en toile solides (modèle de la marque Aigle)

– un pull fin

– maillot de bain

– chapeau

– lunettes de soleil

Objets indispensables

– moustiquaire

– « sac à viande » (bizarre comme nom, je l’accorde : il s’agit d’un sac en tissu pour dormir, les sac de couchages étant trop chauds)

– trousse « couture » : fil solide, aiguille, épingle à nourice, petits ciseaux, boutons.

– sac à dos

– une paire de lunettes de vue de secours

– une pochette « secrète » qui s’accroche à la ceinture et se cache dans le pantalon pour l’argent

– sac de ville

Trousse de toilette :

– comme tout voyage, sans oublier la crème solaire, le produit anti-moustique en quantité, la crème anti-démangaison et du savon sans eau (ça peut être utile)

Pharmacie :

– Biafine

– pansements, compresses, sparadrap

– coton

– désinfectant

– thermomètre

– Aspi-Venin

– comprimés pour la gorge

– Paracétamol (l’Ibuprofène est déconseillé)

– médicaments prescrits par le médecin en cas de « tourista »

Documents à emporter

– Passeport

– billets d’avion (ou récapitulatif)

– carte d’identité

– copie des contrats d’assurance

– carnet de vaccination international ou carnet de santé

– carte de groupe sanguin

– récapitulatif des numéros importants : ambassade, assurances, banquier et opposition carte,

– facture du matériel informatique ou photo qui coûte cher

– document des douanes prouvant que mon matériel photo a été acheté en France (spécifique à mon voyage : j’ai avec moi du matériel qui coûte cher et il faut prouver le jour de mon retour que je l’ai bien acheté en France pour ne pas avoir à payer de taxes)

– Guide touristique du pays

– dictionnaire d’espagnol

– un cahier pour rédiger des trucs pour moi

Matériel pour le reportage

– Mon appareil photo : Pentax K20D

– Objectifs : Pentax 16-45 mm f:4, Sigma 28-70mm f:2,8, Sigma 100-300mm f: 5,6-6,7

– Filtres pour les objectifs

– des tissus microfibres pour nettoyer les optiques

– 3 cartes mémoire SD de 8 go, classe 6

– un lecteur de cartes mémoire

– appareil photo de secours Canon compact 8 Mpx avec mode Tv et Av

– chargeurs pour tout ce matériel

– trépied photo

– 2 disques dur externe 2,5″ pour la sauvegarde des données en 2 exemplaires +  cables

– sac à dos pour appareil photo

Recherche de partenaires

dimanche, mai 17th, 2009

L’idée de ce projet m’est venue réellement en novembre-décembre 2008.

A partir de cette période, j’ai commencé à chercher de l’aide logistique et financière pour préparer mon projet : salle d’exposition au retour, contacts sur place et en France…

La recherche des différentes aides possibles m’a pris beaucoup de temps. J’ai commencé par demander à la Fondation de France (aides aux projets professionnalisants, dossier à rendre en novembre), à Envie d’Agir (aides aux projets jeunes) et à Zellidja (aides aux projet de voyages des moins de 20 ans).

Je comptais également demander de l’aide au CROUS, pour mettre en place des expositions dans ses locaux.

Le Fondation de France n’a pas donné suite et j’étais (déjà !) trop vieille pour obtenir une aide Zellidja. Par contre, l’aide du programme Envie d’Agir fut très importante. Malgré la difficulté que j’ai eu pour obtenir un premier rendez-vous (après un mois d’appel – environ 5-6 coup de téléphone infructueux), j’ai rencontré la correspondante locale du projet. Elle m’a donné le contact du Comité Local d’aide au Projet (CLAP) de ma ville de résidence (Villeneuve d’Ascq) et m’a inscrit au programme Projet Jeunes (aide jusque 1000€).

Je vous évite les péripéties et les divers apprentissages liés au montage de projet. Au final, j’ai reçu de l’aide de la part :

– du CLAP de Villeneueve d’Ascq : François Cardot, que je remercie, m’a appris énormement de choses sur le montage de projet : mise en place d’un budget, aides financières, passage devant un jury, communication sur le projet… En plus, le CLAP m’asapporté une aide de 800€  pour la mise en place de mon projet.

– Envie d’Agir, lauréate du programme Projet Jeunes : aide financière à hauteur de 700€

– CROUS de Lille : mise en place d’une exposition itinérante (5 expositions dans les locaux du CROUS de 5 villes du Nord) et aide financière pour la mise en place de ces expositions à hauteur de 500€

Ces aides sont destinées avant tout à la mise en place des expositions au retour. Cependant, la mise en place de ces expositions étant liée à la réalisation du reportage, une petite  partie de ces aides y sont consacrées.

Idées reçues sur le Nicaragua

mercredi, avril 29th, 2009

Souvent lorsque je parle du Nicaragua, on m’interpelle :

  • « Il n’y a pas la guerre là-bas?  »

NON, le Nicaragua est relativement stable politiquement (depuis la fin des années 80) et possède de « bonnes » relations avec ses voisins : Costa Rica et Honduras.

  • « Ce n’est pas un pays producteur de drogue? »

NON, le Nicaragua est un pays comme les autre. Si la production de drogue existe, elle n’est pas plus  importante qu’en France ( si ce n’est que le climat doit y être plus favorable) et elle est illégale.

Ces idées viennent de l’amalgame Colombie/Amérique Centrale.  Les réponses que j’ai donné pour le Nicaragua valent également pour ses voisins Costa Rica et Honduras.

Carte d’identité du pays

jeudi, avril 23rd, 2009

Le Nicaragua est un pays d’Amérique Latine, situé entre le Honduras et le Costa Rica.

La superficie du pays correspond à 1/3 de la France (129 000 km²).

carte du Nicaragua

Libre de Droit – Wikipédia

Le relief du pays a été forgé par les volcans. Ils ont notamment formé les grands lacs du pays:

– Le Lago de Nicaragua (le lac!) fait 8200 km². Il est relié à la mer des Caraïbes par le fleuve San Juan et abrite deux îles, l’ île d’ Omotepe et l’île de Solentiname. (îles volcaniques)

– Le Lago de Managua est un autre grand lac du pays.

Volcans du nicaragua

Copyright INETER

Le pays est, hélas, sujet aux catastrophes naturelles : tremblements de terre (Managua, 1972), ouragans (Mitch, 1998).

Les grandes villes du pays sont :

Managua, la capitale est peuplée de 1 817 000 habitants (estimation 2004)

Granada et Léon sont les deux villes historiques du pays, respectivement les siège des conservateurs et des libéraux pendant une bonne partie du XXème siècle.

L’économie du Nicaragua est essentiellement tournée vers l’agriculture :  le maïs, le café et le coton. Le pays reste dépendant des importations alimentaires. C’est l’un des plus pauvres d’Amérique Latine. 12% du PIB nicaraguayen est provient des émigrés qui vivent et travaillent, le plus souvent illégalement, au Costa Rica.

Le budget

vendredi, janvier 30th, 2009

Le budget… vaste question.

Le projet doit être envisagé de manière globale: le reportage est indissociable des expositions qui le suivent. Le budget est donc global.

Voici les postes de dépenses (estimation février 2009) :

Billet d’avion : 1000€

Hébergement et nourriture sur place : 1200€

Matériel de santé (protection moustique, trousse secours, vaccins) : 130€

Assurances (personnelle et matériel) et frais bancaires : 400€

Matériel photo et informatique (copie des données, matériel de secours …) : 2000€ (dont 1460€ de matériel personnel)

Expositions au retour (cadres, developpement photo, communication…) : 4775€ (dont 3550€ pris en charge par les partenaires expositions)

Total : 9505€ (5010€ de valorisation – 4495€ de dépenses)

Aides prévues : 3280€

Fond personnel : 1215€