La photographie et moi

Ce voyage est pour moi bien plus que de prendre des photographies. Mais en regardant un peu la sélection que je possède aujourd’hui, j’ai envie de vous parler de ce que représente la photographie pour moi.

Je ne me souviens plus de l’âge que j’avais quand, un jour, au dos d’un magazine, j’ai vu une photo qui m’a marquée, choquée, impressionnée. Il s’agissait d’un reportage de guerre dans un pays d’Afrique. Cette photo, à la fois, belle et effrayante m’a fait me poser un milliard de question. Je me suis mise à la place des personnages, du photographe, de tout ce qu’il y avait autour. Je crois bien que cette photo a changé ma vie. Peut-être pas radicalement, mais cela a bouleversé quelque chose en moi-même. Je me suis toujours dit qu’à partir du moment où l’on a marqué quelqu’un, que ce soit juste un sourire au bon moment à un inconnu qui en a besoin ou en agissant de manière à ce que demain soit meilleur pour les autres, on n’avait pas vécu pour rien. Ce photographe m’a suffisamment marqué pour pouvoir être sûr qu’il n’a pas vécu pour rien. Il ne me connaît pas et ne le saura sans doute jamais. Je ne me souviens même pas de son nom, même s’il est marqué, quelque part, dans mes papiers. Mais il a modifié quelque chose dans le monde.

Après m’être intéressé de plus près à la photographie, il m’est arrivé de retrouver des sentiments, non pas identique mais de retrouver des photos qui font battre le coeur, des instants immortalisés sur un papier que l’on ne peut plus quitter des yeux, que l’on ne veut plus quitter des yeux. Ils peuvent nous faire réfléchir, ou simplement nous faire profiter de la beauté du monde qui nous entoure… Ce sentiment, je l’ai le plus souvent retrouvé à travers des portraits ou peut-être seulement à travers le regard des gens qui nous transperce alors qu’ils sont loin ou qu’ils ne sont peut-être plus.

Est-ce pour cela que j’aime la photographie aujourd’hui ? Je l’ignore. Peut-être ai-je envie, moi-aussi, de modifier la vision des choses, la vision de la vie que peut avoir un inconnu, qu’il se trouve à des millions de kilomètres de l’endroit ou je me trouve ou au coin de la rue. Et cela, je ne saurai jamais.

Comments are closed.