Fabrica de Tabaco

Les ouvriers du tabac aèrent et rangent le tabac

Les ouvriers du tabac aèrent et rangent le tabac

J’ai visité hier une usine oú l’on sélectionne et fait sécher le tabac avant de le transformer en cigare.

Une usine de 200 ou 300 mètres carrés. Une cinquantaine de personnes travaillent. Le tabac sent fort. La chaleur doit être difficilement supportable les jours d’été. Il faisait frais hier. Les ouvrières trient le tabac, feuille par feuille, en fonction de sa taille et de son humidité. Elles en enlèvent la tige et le tabac est mit à sécher.

Les conditions de travail ne sont pas excellentes, les employés travaillent sans masque, et sans aucune aération. Au bout d’une demi-heure, j’avais déjà mal à la gorge. Les problèmes de coeur, de poumons et problèmes respiratoires en tout genre se déclarent souvent après quelques années de travail.

Je conclurai en employant la phrase fétiche de ma professeur d’espagnol:

« Asi es el Nicaragua. »

(Ainsi est le Nicaragua)

Comments are closed.